Compte-rendu de la réunion en préfecture du lundi 28 juin 2


A la suite du courrier envoyé par Monsieur Roger Marie, à la préfecture et au Président de la République, nous avons été reçus en préfecture, lundi 27 juin à 15h.

Lors de la rencontre étaient présents, Messieurs Roger Marie, Souche (de Mèze), Jean-Louis Collignon et moi-même. Pour l’Etat : le directeur de cabinet du Préfet, deux responsables de la DREAL, une responsable de l’étude et de la mise en place du PPRI (DDTM34), un responsable de la sécurité civile.

 

Le directeur de cabinet du Préfet présidera et expédiera la séance.

 

En premier lieu un tour de table est organisé et nous permet de nous présenter.

 

Ensuite une conversation s’engage entre les différents acteurs concernés, sur le PPRI de Mèze. Rappelons que Monsieur Roger Marie défend activement au sein de notre association les différents PPRI du bassin de Thau.

 

Quelques soient les arguments apportés la technicienne et le directeur de cabinet nous font comprendre que leur étude est infaillible et sera appliquée.

 

Nous enchainons ensuite sur le PPRI de Frontignan et plus particulièrement, sur la zone inondable de GDH. Le responsable de la DREAL, nous confirme être sensibilisé à ce problème, et le faire traiter par les services compétents du PPRI. Nous n’en sauront pas plus et devrons nous contenter de cette réponse.

 

En abordant le sujet délicat du PPRT, ce même responsable nous affirme pouvoir présenter avant la fin de l’année, un projet nouveau qui tiendra compte du nombre d’habitations impactées. Suite à des questions très précises, le responsable nous explique que la réduction du périmètre de danger sera uniquement liée à un nouveau calcul théorique des dangers potentiels de GDH en tenant compte « d’autres expériences »  !!!

Les possibles réaménagements ou déplacement de cuves sur le centre de GDH, évoqués depuis quelques mois ne sont plus à l’ordre du jour. Tout ceci serait soumis à un cabinet d’études spécialisé. Pourquoi ces expériences n’ont pas été prises en compte plus tôt !!! Une grande vigilance s’impose.

Ce responsable n’en dira pas plus et nous comprenons bien que son but est de faire traîner le projet et surtout d’essouffler notre mouvement. On peut se poser la question de la longueur de ce service, bien évidemment Paris ne s’est pas fait en un jour, mais la problématique étant posée les solutions pourraient être exposées clairement.

Les problèmes de sécurité sur le site de GDH ont été évoqués. Le service de la sécurité civile  et de la DREAL nous affirment que toutes les vérifications sont faites par eux-mêmes et qu’il n’y a aucun problème. Pourtant 2 millions d’euros ont été consignés par l’Etat, car le calendrier de mise en place de certaines normes n’est pas respecté. Ils en déduisent que le calendrier de travaux non respecté n’entraîne pas de problème de sécurité, alors pourquoi cette consignation !!!!?

 

Le cas de la caserne des pompiers de Frontignan est évoqué. Qu’est-il prévu pour ce service d’urgence situé dans la zone du PPRT, dans une zone inondable et sur un terrain pollué ? Réponse : on étudiera cela plus tard…

 

 

Le cas du collège de Frontignan, situé dans la zone du PPRT, est abordé mais les services de l’Etat considèrent que cet établissement est fréquenté par des personnes mobiles et qu’une « évacuation rapide » est toujours possible … Il est difficile de croire qu’une opération d’évacuation de quelques centaines de personnes en cas de problème majeur puisse être rapide !!

Le responsable de la DREAL nous confirme que les terrains vendus par la « Mobil » à la commune de Frontignan sont extrêmement pollués (des prélèvements l’attestent), mais qu’une opération de dépollution doit intervenir en fin d’année 2011.

 

Nous avons maintenu notre obstination à prendre en compte les habitations, mais également les personnes. Nous avons insisté sur le fait que les Frontignanais n’ont pas à supporter le coût des risques que nous fait encourir cette entreprise.

 

Nous avons été entendu mais certainement pas écouté surtout lorsqu’on voit avec quelle désinvolture, il a été mis fin à la réunion par le directeur de cabinet du Préfet. Nous avons affaire à des technocrates qui ont un projet à mettre en œuvre, et s’y appliquent quelqu’en soient les conséquences pour les hommes.

 

Il nous faudra être unis, opiniâtres et vigilants.

 

Cette réunion a été soldée en 45mn.

 

Jean-Louis Collignon, Dominique Sala.

 

 


Répondre à Pascal Stef Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Compte-rendu de la réunion en préfecture du lundi 28 juin

  • Pascal Stef

    bonjour,
    j’ai lu avec attention le compte rendu de la réunion en préfecture.Les problèmes de sécurité sur le site de GDH ont été évoqués et le service de la sécurité civile et de la DREAL affirment que toutes les vérifications sont faites par eux-mêmes et qu’il n’y a aucun problème.Dans ce cas, un représentant du service de l’inspection des installations classées (DRIRE/DREAL ou STIIIC) ou les services de l’équipement (DDE) qui sont les principaux acteurs de l’Etat impliqués dans élaboration du PPRT ne verront aucune objection à laisser un droit de regard à l’association, sur le registre des installations classées pour la protection et l’environnement (ICPE) ainsi que le registre de sécurité incendie du site. De plus il serait intéressant de se rapprocher auprès du commandant du centre de secours incendie de Frontignan pour avoir un avis de professionnel et si toutes les mesures de sécurité sont respectées et ce, afin de réduire au maximum les risques et permettre d’atteindre un niveau de risque aussi bas que possible, compte tenu de l’état des connaissances et des pratiques et de la vulnérabilité de l’environnement de l’établissement.
    Actuellement en retraite, j’ai été préventionniste incendie et j’ai eu l’occasion de travailler sur un dépôt d’hydrocarbure, si vous avez besoin de conseils je suis à votre disposition et en consultant les textes ensemble peut être pourront nous faire « réfléchir » l’exploitant.
    Enfin sachez qu’au total, 421 PPRT concernant 670 établissements industriels sont à élaborer. Au 1er janvier 2010, 273 PPRT ont été lancés et 28 seulement ont été approuvés.
    Les PPRT sont des outils à long terme : la mise en œuvre de leurs mesures pourrait s’étaler sur 30 ans !!!!.
    cordialement
    Mr Stef Pascal

  • CHAPUT gérard

    Gérard CHAPUT (gchaput@wanadoo.fr)
    Je sors de mes longues vacances !!!
    Notre rentrée associative sera effective
    lors de la foire aux associations du 4 septembre
    à Frontignan.
    Nous serons tous très intéressés de vous y rencontrer.
    Une approche très pointue du sujet est indispensable !
    A bientôt pour une adhésion, si ce n’est déjà fait !!!