Position d’ARZF sur le SCOT 2


Des précisions et des modifications tenant compte des réalités locales sont indispensables.

ARZF s’est penchée sur le SCOT. Le Schéma de Cohérence
Territorial
engage l’avenir des habitants de Frontignan et au-delà du bassin de Thau, tant sur le plan environnemental, que sur le plan économique et démographique.

Il était important que notre association se positionne sur
ce sujet.

SCOT_THAU_synthese nov 2012
Le SCOT du bassin de THAU Notre association est consciente de la nécessité de favoriser le développement démographique et économique de notre région.

Toutefois, cela ne doit pas se faire sans tenir compte des réalités
environnementales et du passé industriel de Frontignan et du bassin de Thau.

Ainsi nous souhaitons attirer l’attention des pouvoirs publics et des habitants sur plusieurs points que nous dénonçons et pour lesquels nous demandons à ce que le SCOT soit révisé.

Tout d’abord en ce qui concerne GDH, le SCOT tient compte de l’ancien périmètre de la zone d’aléas qui englobe une grande partie des terrains au sud d’Intermarché.

Dans le même temps, il classe cette zone en pôle commercial
majeur
alors que la zone de Balaruc se trouve classée en zone de proximité.

Cela sous-entend un développement de la zone incompatible
avec l’ancien tracé du PPRT, ce qui est pour le moins surprenant.

Cela fait également abstraction du PPRI qui classe une
partie de la zone en inondable (on notera au passage l’incohérence du PPRI qui classe non inondable le reste de la zone, mais inondable les terrains situés autour de la piscine…)

Faut-il donc envisager une modification du zonage du SCOT en
fonction de la promulgation du PPRT ? La question doit être posée

Toujours sur l’ancien site industriel de MOBIL comment ne pas s’interroger sur le classement de l’ancien site de la torchère en espace vert remarquable !!

Outre le fait que l’on peut chercher désespérément la
verdure sur ce site, on se demande quel peut être l’intérêt de ce
classement ? Sauf si l’on considère qu’un tel classement dispenserait de tout traitement du sol de cette zone extrêmement polluée…

Dans le même registre, on retrouve le classement du site CEDEST à proximité de Lafarge en espace vert remarquable. De la même façon, on ne peut que s’interroger sur ce classement, surtout en sachant que les 28 hectares du site sont très pollués et qu’un sarcophage visant à contenir la pollution a été construit sur ce site qui donne directement sur l’étang de Thau.

ARZF ne peut qu’approuver le classement de ces friches industrielles en zone verte, mais, APRÉS DÉPOLLUTION

Plusieurs autres remarques peuvent être faites par exemple sur les remblaiements prévus dans les zones inondables définies par le PPRI et qui concernent quasiment exclusivement la ville de Sète.

Ceci n’est évidemment pas acceptable tant sur un plan de simple bon sens écologique (où l’eau ainsi repoussée va t’elle se déverser ?) que sur un plan éthique (pourquoi ce qui est impossible à Frontignan le devient-il à Sète ?)

Dans ces conditions, ARZF ne s’oppose pas au SCOT dont elle
comprend tout l’intérêt pour l’avenir de notre région, mais notre association demande des engagements prospectifs, clairs, compréhensibles et durables qu’elle ne retrouve pas dans le SCOT tel qu’il est aujourd’hui défini.

Se débarrasser du problème des zones polluées en les classant en espace vert remarquable, revient à mettre en suspens le traitement
des problèmes de pollution et hypothèque l’avenir des habitants du bassin de Thau.

Ne pas tenir compte des réalités du risque industriel en classant la zone d’Intermarché en zone d’activité commerciale majeure est
aberrant surtout si l’on considère que le SCOT se base sur l’ancien périmètre du PPRT.

Autoriser le remblaiement à grande échelle dans les zones inondables est irresponsable. La nature reprend toujours ses droits.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Position d’ARZF sur le SCOT

  • CHAPUT Gérard

    GDH :  » Le SCOT n’est pas actualisé! Il n’offre donc pas une vue globale !
    Il tient compte de l’ancien périmètre du PPRT 2011 et de sa zone d’aléas.
    Le nouveau PPRT n’est pas validé à ce jour, il pose pour principe la réduction du risque à la source donc au périmètre »proche » du dépôt d’hydrocarbures.
    Faut-il s’ attendre à une modification du zonage du SCOT prenant en compte les terrains ainsi libérés ?