POLLUTION DE L AIR A FRONTIGNAN


ARZF porte à votre connaissance le courrier adressé au Maire le 7 février 2017   concernant la Pollution de l’air à Frontignan suite à l’article Midi libre du 3 Février 2017 à ce sujet.

 

 

 

 

 

Monsieur Pierre BOULDOIRE

Mairie de Frontignan

Place de l’Hôtel de Ville

34110 FRONTIGNAN

 

 

Frontignan le 7 février 2017

 

 

Objet :         Pollution de l’air sur Frontignan

 

 

Monsieur le Maire

Depuis plusieurs années notre association a fait le choix volontaire du dialogue, de la réflexion et de l’information pour intervenir sur le sujet technique et scientifiquement complexe de la prévention des risques industriels en direction de la population.

Pour ne pas se tromper sur la prise en compte et la nature réelle du risque industriel à Frontignan, un échange d’informations s’est engagé avec les services de l’État (DREAL depuis 2015) et avec votre adjoint, délégué à la prévention des risques très régulièrement.

En mai 2016 nous avons participé à la CSS de SCORI « classée SEVESO seuil bas », le représentant de notre association a porté en marge de l’ordre du jour les conclusions de l’étude du laboratoire ANALYTIKA réalisées en 2015 dans l’environnement de cette entreprise.

Cette étude, connue de toutes les parties présentes de cette CSS, a fait l’objet de commentaires précis du rapporteur du rapport d’AIR-LR, sur l’agrément, la méthodologie, les processus et les finalités de celle-ci.

Face à des résultats d’analyses de polluants différentes en nombre et en teneur à celles présentées dans le bilan AIR-LR pour SCORI, vous avez fait connaitre vos interrogations, vos doutes et l’impérieuse obligation de savoir : « Quel air nous respirions sur le bassin de Thau ?

 

En février 2016 nous avons participé à la CSS de GDH-BP, le représentant de notre association a porté, toujours en marge de l’ordre du jour, les résultats des évaluations des émanations diffuses dans l’atmosphère des COV et du benzène (référenciées sur le site – IREP.ECOLOGIE.GOUV – version 2016 mise à jour du 26.11.2015).

Le constat chiffré souligne que la quantité de COV était multipliée par 5 en 2014 soit 512 T/an par rapport aux années précédentes 100 T/an en moyenne et que pour la première fois apparaissait une évaluation des émanations de benzène soit 4,6 T/an en 2014 pour le seul site de GDH-BP.

La réponse du Préfet transmise le 18.12.2016, figure dans le compte-rendu officiel de la CSS fait la relation entre la progression des évaluations et l’accident de la cuve 117 en octobre 2014.

Il assure par ailleurs, la durée limitée de l’incident et le retour à des valeurs réglementaires rapidement après le disfonctionnement.

Le journal quotidien le Midi-Libre du 3 février 2017 informe ses lecteurs d’une nouvelle étude de qualité de l’air sur Frontignan centre commandée par la ville au laboratoire ANALYTIKA réalisée en décembre 2015 et en février/mars 2016 autour du site de la dépollution.

Les prélèvements et analyses des polluants font l’objet d’un rapport technique qui est rendu publique sur le site analytika.fr.

Les conclusions de cette étude, qui a valeur de contre-expertise, sont qualifiées de préoccupantes par le directeur du laboratoire.

Au-delà de toute controverse, contrôles ciblés à la seule réglementation en vigueur par AIR.-LR ou systématiques sur une liste complète des molécules à risque par ANALYTIKA, nous sommes demandeurs de votre avis ainsi que des explications complémentaires sur les études et des suites que vous comptez donner pour trouver des solutions au problème de prévention de la santé publique et de la protection de notre environnement sur notre territoire.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

Le Président

Gérard CHAPUT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *