Petite histoire du dépôt pétrolier de Frontignan 4


Une première raffinerie est crée, à Frontignan, le 19 juillet 1878, elle a pour nom « la raffinerie de pétrole d’Amérique-Bastide ». Elle était située rue de la Résistance. Cette entreprise appartenait à Monsieur Ferdinand Bastide, de Nîmes.

Le travail du personnel consistait à mettre en bidon le pétrole (pour l’éclairage), au raffinage pour le transformer en essence. Elle deviendra en 1884, raffinerie « Clément Gérard et Cie » pourtant  elle fermera en 1886

6a0134896e9675970c0147e3436cd1970b-800wi

Quelques années plus tard, le 26 août 1903, une société parisienne, la Compagnie Industrielle des Pétroles achète un terrain à la Rancelle (aujourd’hui, rue de la  Raffinerie)

En 1906, l’usine de raffinage est inaugurée. Elle couvre 4 hectares (aujourd’hui 65 hectares), elle traite 40 tonnes de pétrole brut par jour.

6a0134896e9675970c014e5fe8bdf4970c

6a0134896e9675970c0147e3436f26970b

 Le 25 juin 1944, la raffinerie est bombardée par l’aviation alliée, dégâts considérables. Le centre ville de Frontignan, la place Jean Jaurès est en partie détruite.

La reconstruction est décidée par le gouvernement en avril 1945. A cette époque, Frontignan est la seule raffinerie à produire des huiles de graissage.

Le 28 février 1949, la Socony Vacuum Française est née de la fusion de plusieurs sociétés pétrolières françaises et de la Vacuum Oil Compagny.

6a0134896e9675970c0147e343718e970b

Le 10 octobre 1955, la Socony devient la Mobil Oil Française. Cette raffinerie produisait des gaz liquéfiés, les essences, le pétrole, les kérosènes et les fuels 

6a0134896e9675970c014e86c35a40970d

En 1970, elle raffinait 4 millions de tonnes par an.

Le 12 décembre 1985 la fermeture de la plus vieille raffinerie de France est officialisée, elle produisait 6 millions de tonnes par an.

Elle employait 380 personnes et environ 1500 personnes dans les entreprises de sous-traitance.

Le 19 novembre 1908, Joseph Noël Périer, maire de la ville, prédit la fin de la raffinerie. En effet suite à des augmentations de taxes de fabrication pour le pétrole brut, il dit les paroles suivantes «  Si les chambres adoptaient cette proposition ce serait un désastre pour notre région. En effet, cette mesure favoriserait l’installation de nombreuses raffineries à l’étranger, à proximité des puits de production de pétrole, les raffineurs en ayant tout avantage … »

Son pressentiment s’est effectivement confirmé quelque 80 ans plus tard.

6a0134896e9675970c014e5fe8c3ed970c

 6a0134896e9675970c0147e3437524970b

GDH est une filiale de BP qui est la 3ème compagnie pétrolière mondiale.

Aujourd’hui, elle a pour activité, la réception, le stockage et la distribution d’hydrocarbures liquides (936 600 m3 dans 24 bacs). Dans ces bacs sont stockés : du Super, du Super sans plomb, du Gasoil et du Fuel. S’ajoutent 12 réservoirs d’additifs ou colorants qui sont joints aux hydrocarbures lors de leur chargement.

16 personnes sont employées par GDH.6a0134896e9675970c014e5fe8c53b970c

Dominique Sala

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Petite histoire du dépôt pétrolier de Frontignan

  • Jeannine PAQUES

    j’ai travaillé à la Socony Vacuum Française, de 1949 à 1955 (je ne suis plus toute jeune !) c’était une très bonne Maison, je me rappelle bien de la raffinerie de Frontignan, avec qui on correspondait régulièrement, puisque j’étais justement secrétaire au « département raffineries ». Le siège était alors rue de Courcelles à PARIS.
    Merci.

  • laurent

    Bonjour,
    Je suis Sapeur Pompier dans le département de l’Hérault (34). Je fais des recherches historiques sur les SP du département et je recherche notamment des informations et surtout des photos du service incendie interne de la raffinerie….
    Si vous avez ce genre de document, vous pouvez me contacter sur mon adresse mail perso: Ecussons18@free.fr
    D’avance merci
    Laurent