Compte Rendu CSS GDH du 12 Fevrier 2016 2


Compte rendu ARZF de la Commission de Suivi de Site (CSS) de BP-GDH du 12 Février 2016 plus annexes Bilan DREAL Inspection Installation et Bilan GDH 2014-2015
La réunion est présidée par Monsieur NUCHO Philippe Sous-Préfet d’arrondissement du bassin de Thau avec les représentants de la DDTM, de la préfecture du Conseil Régional, de THAU-AGGLO, de la municipalité de FRONTIGNAN et de ses services techniques, du PORT de SETE, des POMPIERS SDIS, de la DREAL, de la direction et du personnel de GDH-BP.
En application du règlement de la CSS, la réunion n’est pas publique, seul le compte-rendu officiel le sera sur le site de la DREAL.
Un seul membre par association est autorisé à prendre la parole en séance nos représentants sont G. CHAPUT (titulaire) et C. ROBQUIN (suppléant)
« ARZF rappelle à cet occasion, que le contenu de la CSS dites régulière de 2014 n’avait pas pu faute de temps fait l’objet d’un exposé explicatif indispensable à une bonne compréhension des enjeux (ex : les résultats d’études diverses de sécurité , de coordination, d’exploitation et de contrôle, comme un important audit BP …) »
« ARZF, souligne de fait les difficultés d’un suivi d’un site comme GDH-BP aussi complexe et sensible sur la base d’informations contenues dans une synthèse des dossiers présentés en séance et en une seule réunion annuelle. »
Présentation du bilan annuel de la société GDH-BP :
L’Industriel présente et commente les actions réalisées pour la prévention des risques et leur coût (dépenses en baisse par rapport à 2014 : 6560k en 2015 au lieu de 10070k)
En conséquence des choix ont été faits sur certains équipements : grands bacs, cuvettes de rétention, spécification bac/produit, installations électriques, détecteurs de fuites, prévention, formation des personnels.
L’exploitant signale qu’aucun incident ou accident significatif n’a eu lieu en 2015.
« ARZF intervient et rappelle son courrier adressé à GDH-BP du 07 2015 avec copie à la DREAL signalant un incendie sur une des 4 motos-pompes lors d’une opération de maintenance et la réponse reçue de GDH-BP confirmant le fait. »
L’Industriel GDH répond que son entreprise est quasiment autonome sur le plan sécurité et qu’elle est capable de réagir efficacement et rapidement en cas d’accident.
Il indique que Quatre motopompes sont largement suffisantes sachant que deux suffisent pour maîtriser un départ d’incendie.
Il décrit ensuite le programme pluriannuel d’objectifs de réduction des risques et précise que le risque principal émane du déchargement des navires (arrêt en 8mn si incident déclaré).
– Des barrières linéaires de sécurité gèrent la détection de gaz sur les tuyauteries extérieures. La surveillance de la corrosion des tuyauteries enterrées se poursuit.
– Le stockage d’essence est réorganisé.
« ARZF demande si les différentes mesures correctives mises en évidence par le retour d’expérience de l’accident du bac 117, élaboré par les services de la DREAL en 2015 ont bien été prises en compte. »
– Ces opérations ont été validées par l’administration.
Présentation par la DREAL de l’action de l’inspection en charge des installations classées. Le représentant de la DREAL signale que tout est en ordre : 5 inspections ont eu lieu en 2015, mais que quelques recommandations ont été faites pour l’avenir (amélioration gestion purge bacs, prévention la re-contamination du site de l’ex- mobil dédié à la future opération de dépollution.
A la question concernant la sureté du site, le Préfet précise que le domaine de la sûreté reste « secret défense »
Points divers :
• PPRT – Convention de financement
La DREAL confirme qu’aucune convention n’a été signée dans le délais d’un an en 2015 pour le délaissement des biens de la famille objet de cette procédure. Par conséquent, le montage financier sera réalisé sur le principe de la répartition par défaut, soit un tiers provenant des institutions locales, un tiers de l’état, un tiers de l’industriel. Le représentant de la DREAL indique que les intéressés ont 6 ans pour faire valoir leur droit de délaissement auprès de la commune.
« ARZF, souligne que la municipalité de Frontignan est garante des justes négociations entre parties pour l’établissement d’un contrat de délaissement. »
« ARZF demande d’être informée sur la réalisation par GDH-BP en novembre 2015 d’un exercice lié à la prévention effectué dans le cadre du Plan d’Opération Interne ( POI ) intervention prévu avec un scénario d’accident chaque année pré-fixé par GDH-BP et à quelle date l’entreprise sera jugée totalement opérationnelle sur ce dernier point ? »
L’exploitant répond que GDH peut globalement se passer de l’aide des pompiers sur le terrain, mais effectue cet exercice sous le contrôle le conseil et la surveillance de l’encadrement du SDIS.
• Observatoire d’odeurs autour du bassin industriel de Thau.
Le Maire s’interroge sur la non-participation de GDH à cet observatoire.
L’Industriel répond qu’il a déjà beaucoup d’obligations réglementaires mais qu’il peut encore évoluer sur ce point.
G. Chaput intervient sur la base du document issu du site IREP.ECOLOGIE.GOUV.FR mis à jour le 26.11.2015 et s’interroge sur les résultats et le bilan des émissions et des polluants.
IL indique qu’en 2014, apparait pour la première fois l’évaluation du benzène dispersé dans l’atmosphère par GDH-BP soit 4,6 tonnes /an et le récapitulatif de la totalité des composés organiques volatils ( COV ) soit 512 tonnes/an. Il s’étonne d’un quantitatif des rejets déclaré pour 2014 multiplié par 5 par rapport à 2013 : 91, 5 tonnes par an et demande une explication.
– L’industriel invoque principalement une modification des modes de calculs …(sic)
Il poursuit et interroge l’assemblée sur le vieillissement des installations de stockage d’un site issu d’ancienne raffinerie en évoquant des indices inquiétants, tels, le niveau de la corrosion et les incidents répétés de rupture ou de problèmes de fuites d’hydrocarbures sur les canalisations de transport de matières dangereuses .»
• Réglementations relatives aux canalisations d’hydrocarbures et travaux de renforcement de la protection de sea-line.
Le Maire hausse le ton et reproche à GDH la pose de barrières au bord de la départementale RD 612 sans autorisation du Département et sans concertation avec la Mairie.
Il demande donc leur démontage ou leur enfouissement.
Le Préfet précise que l’arrêté préfectoral imposant la sécurisation du sea-line n’exonère pas l’Industriel d’une concertation avec le Département.
Le Préfet propose une future réunion, sous l’égide de l’Etat, avec les parties concernées.
ARZF rappelle que dans le relevé de conclusions établi suite à la CSS concernant l’accident de la cuve 117 en 2014 l’engagement majeur d’une meilleure communication entre l’industriel et la municipalité devait être à l’ordre des priorités de la politique de prévention.
La direction de GDH-BP est seule responsable du déclenchement éventuel d’un POI sur le site industriel en cas de problème et donc de l’information directe des services de la préfecture, si la situation l’exigeait.
En conclusion, le responsable de la Préfecture souhaite que la mise à jour du plan communal de sécurité ( PCS ) soit réalisée rapidement et que la plaquette d’information à la population ( DICRIM ) actualisée des zones à risques soit terminée et distribuée dès le printemps 2016.
Note : Le Compte-rendu de la CSS exceptionnelle de 12 2014 avec pour objet l’accident sur le bac 117 vient de nous parvenir et figure sur le site.

GDH_Bilan_2014-2015 

Bilan DREAL inspection installation GDH 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Compte Rendu CSS GDH du 12 Fevrier 2016

    • CHAPUT gérard

      Une difficulté pour l’association ARZF c’est de ne pas se tromper sur la définition des problémes ?
      Une autre, c’est d’être bien informé !
      La corrosion constitue la premiére cause de la survenue ou de l’aggravation des accidents.
      ( Rappel 09.2014 toit flottant bac essence 117 GDH-BP Frontignan )
      La corrosion est un phénoméne physico-chimique à maîtriser dans le cadre du vieillissement des installations industrielles _ sea-line, canalisations, bacs _ toujours en exploitation 50 ans aprés leur reconstruction.
      La parade pour limiter le risque d’accident ?
      – une approche globale du suivi par les professionnels ( conception, construction, modifications, arrêts, contrôles …)
      – le partage des informations, des rapports, des audits, des retour d’expérience …
      – l’application directe des enseignements dans les programmes et actions de contrôle de sécurité.
      Aujourd’hui, pour ARZF le compte-rendu de la commission de suivi GDH-BP de février ne nous est toujours pas parvenu !